ricin « Ricinus communis » à lire attentivement

ricin « Ricinus communis » à lire attentivement

 Bio français
 
Bio européen

Prix de vente : 9.90 € l'unité 

Produit non disponible
  • Producteur : Le semeur bio
  • Agriculture : Biodynamie
  • Conditionnement : en pot de 1 litre

ricin « Ricinus communis » à lire attentivement

ricin « Ricinus communis »

Ricinus communis

Description de cette image, également commentée ci-après
Fruits toxiques.

Le ricin commun (Ricinus communis, seule espèce du genre Ricinus) est un arbrisseau d’origine tropicale de la famille des Euphorbiacées. C’est la source de l’huile de ricin, qui a diverses applications, et de la ricine, un poison. Il est fréquemment utilisé à des fins ornementales.

Description

 

 

Ricin commun dans les îles grecques

Aspect général

Le ricin se présente sous la forme d’une plante herbacée ou arborescente, annuelle ou vivace suivant les conditions climatiques de la région. Sa hauteur est de 1 à 5 mètres en France (jusqu’à 12−13 mètres dans sa zone d’origine)

Feuilles

Les feuilles palmatilobées (5 à 12 lobes) sont portées par de longues tiges et leur bord est denté. Elles sont vertes ou rouges, alternes sur une spirale simple et caduques. Certaines variétés ornementales ont des feuilles dont la face inférieure et le pétiole sont colorés en rouge.

Fleurs

Les fleurs sont regroupées en cyathes, les fleurs femelles en haut, les fleurs mâles en bas. C’est donc une espèce monoïque. La floraison a lieu en été.

Fruits

Les fruits sont des capsules tricoques hérissées de pointes(parfois absentes). La graine est luisante, marbrée de rouge ou de brun, elle présente une ligne saillante sur la face ventrale et est surmontée par un élaiosome. Elle contient entre 40 et 60 % d’huile riche en triglycérides, principalement la ricinoléine. Seules les variétés à plus grosses graines sont utilisées pour la production d’huile, les formes spontanées ayant la plupart du temps de petites graines impropres à l’extraction d’huile.

 

 

 

 

 

  • Ricinus communis

  • Fleurs femelles et mâles de ricin

  • Pollen de ricin vu au microscope électronique

  • Graines

  • Feuilles

  • Tiges

Répartition

Originaire d’Afrique tropicale, il s’est répandu un peu partout dans le monde, là où le climat le permettait. Il est cultivé dans de nombreux pays chauds d’Arabie, d’Asie, d’Afrique et d’Amérique pour en extraire de l’huile. On le retrouve aussi sous des climats subtropicaux.

On le trouve aujourd’hui également comme espèce annuelle spontanée ou comme plante ornementale dans les climats tempérés.

Caractère envahissant

Cette espèce est considérée comme envahissante dans certaines zones, notamment l’Australie tropicale, l’Océan Indien et l’Océanie dont la Nouvelle-Calédonie

 

Composition et toxicité

La totalité de la plante semble toxique en raison de la présence d’une lectine glycoprotéique : la ricine. La concentration en ricine est maximale dans les graines qui renferment par ailleurs des protéines, de l’eau et des lipides. Ces graines sont riches en une huile qui doit ses propriétés purgatives à la présence de l’acide ricinoléique. Le rendement en huile du Ricin est de 1 200 à 2 000 litres à l’hectare et par an (Madagascar).

L’huile de ricin contient de l’acide ricinoléique qui altère la muqueuse intestinale et provoque des pertes importantes en eau et en électrolytes (sels minéraux), d’où son action purgative intense et irritante. La ricine, protéine présente dans la plante et les graines, est une toxine redoutable

Les graines et les coques de ricin contiennent des produits toxiques, le principal étant la ricine. Elles renferment également un allergène plus difficile à rendre inactif que la ricine et pouvant provoquer une hypersensibilité chez les humains en contact avec ce produit. Cet allergène semble peu nocif pour les animaux. Le passage à l’autoclave de la farine pendant 15 minutes à 125 °C détruit la ricine

L’ingestion de graines, souvent accidentelle chez les jeunes enfants, peut provoquer des intoxications graves (en raison de la présence de ricine) nécessitant impérativement une prise en charge hospitalière. On considère que trois graines peuvent être fatales à un enfant, quatre graines peuvent déterminer une intoxication sérieuse chez l’adulte et six à huit graines pourront lui être fatales. Les pigeons ramiers sont également sensibles au graines de ricin, et de nombreux cas d’intoxication ont été constatées dans les villes qui en utilisaient comme plante ornementale.

Ces chiffres sont cependant à nuancer, la gravité de l’intoxication dépendra de la sensibilité individuelle de chacun à la ricine, de plus, selon que les graines sont mastiquées ou non, la gravité de l’intoxication ne sera pas la même. Dans tous les cas, lorsque les intoxiqués sont pris en charge à temps en milieu hospitalier, l’issue de l’intoxication est presque toujours favorable.

Dans certains pays, on a déjà signalé l’usage des graines de ricin à des fins criminelles. Parfois, les graines de ricin peuvent se retrouver accidentellement mêlées à des céréales, provoquant ainsi des intoxications

Culture

Son feuillage pourpre, ses fruits rouge vif et son développement rapide font que le ricin est utilisé pour l’élaboration de massifs en arrière-plan ou en isolé.

Sa culture est facile, il faut cependant prendre soin de faire un bon apport d’amendement organique au printemps et de modifier la structure du sol si celui-ci est peu drainant (sable de rivière, pouzzolane…)

Le sol doit être à pH neutre et modérément arrosé.

La meilleure exposition est au soleil ou mi-ombre.

La multiplication se fait par semis en avril à 20 °C.

Utilisation

Article connexe : Huile de ricin.

Médecine

L’huile de ricin est obtenue par pression à froid des graines, c’est un purgatif puissant et très irritant.

On l’emploie aussi comme solvant pour préparations injectables, mais elle peut induire des réactions anaphylactiques graves.

Répulsif et poison

En culture bio, la plante de ricin, intercalée entre les pieds de pomme de terre, repousse les doryphores 

Le tourteau de ricin est un poison très efficace contre les rongeurs : il est appétant et provoque leur mort dans de nombreux cas. A noter tout de même que son odeur attire aussi les chiens, qui peuvent gratter le sol et avaler ce poison

On l’utilise comme matière première pour préparer l’acide undécylénique, un fongicide à usage externe.