Absinthe commune

Absinthe commune

Prix de vente : 3.60 ¤ l'unité 

 Bio français
 
Bio européen

  • Producteur : Le semeur bio
  • Agriculture : Biologique
  • Conditionnement : en godet de 9cm

Produit disponible en ligne dans un délai de 3 jour(s) avant la livraison

absinthe commune « artemisia absinthium »

ABSINTHE COMMUNE
 
Nom scientifique : Artemisia absinthium
Famille : Asteraceae
Sous-famille : Asteroideae
Classification supérieure : Armoise
Rang : Espèce
Sous-tribu : Artemisiinae
 

Plante vivaceherbacée qui mesure entre 0.50 et 1 mètre. Plante recouverte de poils soyeux blancs argentés et de nombreuses glandes oléifères.

La floraison a lieu de juillet à septembre.

Originaire des régions continentales à climat tempéré d’Europe, d’Asie et d’Afrique du Nord. Naturalisée ailleurs. Elle y pousse sur les terrains incultes et arides, sur les pentes rocheuses, au bord des chemins et des champs.

Cette plante est peu exigeante, se contentant de sols meubles, peu humides et ensoleillés.

Elle est à placer en exposition chaude sur sols fertiles, et semi-lourds. Elle préfère les sols calcaires et riches en azote. Elle se reproduit par éclat des vieux pieds à l’automne ou au printemps, éventuellement par semis en mars avril.

Une taille courte au printemps permet de régénérer la touffe et d’augmenter la durée de vie de la plante.

L’extrait fermenté d’absinthe possède des propriétés insectifuges (repousse les femelles pondeuses de piéride du chou et de carpocapse) et fongicides (notamment sur la rouille du groseillier).

Dans le principe des cultures associées, l’absinthe, de par ses sécrétions racinaires d’absinthine, exerce un effet inhibiteur sur la croissance des plantes environnantes, ainsi que des adventices. Il est donc préférable de ne la planter que sur les bords des planches de culture.

Utilisée comme vermifuge dans les maladies de l’estomac, provoquer les règles, contre la fatigue, contre le mal de mer et ses nausées, cette plante peut être utilisée en infusion avec du vin, de la bière, en poudre ainsi qu’en décoction. En usage externe, on recourt à un cataplasme chaud, mais également à la décoction.